o93714_img_20181217_101211.jpg

Donation : Association Namaste

Magnolia Programme soutient l’Association Namaste qui célèbre en 2019 ses 10 ans d’existence

 

Fondée et présidée par Nancy Dotta, son objectif est d’améliorer les conditions de vie des habitants de Rigaon au Népal : leur permettre l’accès à l’éducation et rendre autonome les communautés défavorisées.

 


Depuis 2009, Namaste s’emploie à soutenir et développer plusieurs domaines :

 

- L’Éducation :

 

Avec la construction et l’entretien de 3 écoles, le soutien scolaire individuel « post bac » (ou des bacheliers), ce sont en effet les meilleurs étudiants de la High School de Rigaon (à 18 ans) qui se voient octroyer une bourse pour leurs études supérieures (université ou autre) : financement des frais de scolarité, du logement, de la nourriture et du transport.

Dans 3 ans, l’objectif est de soutenir 50 étudiants, qui deviennent des exemples pour les futures générations de Rigaon.

 

- La Formation Professionnelle :

 

Avec le programme « Rigaon Agriculture Cooperative » - RAC : former les Népalais à la culture du café (pour l’exportation) ou d’autres cultures, telles que le thé ou les plantes médicinales.

Ou encore le programme « Women Entrepreneurship Program » - WEP, l’accompagnement des femmes Népalaises pour les aider à devenir indépendantes financièrement (construction d’un atelier d’artisanat, achat de machines à coudre, cours de broderie, couture, fabrication de pochettes, bijoux, objets en bambou, etc).

 

- Les Voyages Humanitaires, organisés chaque année :

 

Ces déplacements annuels permettent de cibler les besoins, pour aider les populations de Rigaon, sans les assister et développer ainsi, des missions éducatives, médicales, des missions d’aides aux femmes, ou encore environnementales.

 

 

Depuis sa création, l’association Namaste a pu récolter plus d’1 million d’euros de dons et une centaine de personnes ont déjà participé aux treks organisés annuellement.

Travaux de construction de l’ecole de Salleri en 2011 et l’école finie en 2012

 

Construction de l’école de Salleri en 2011, terminée en 2012.

/

Construction of the Salleri school in 2001, finished in 2012.

Travaux de construction de l’ecole de Salleri en 2011 et l’école finie en 2012

 

Construction de l’école de Salleri en 2011, terminée en 2012.

/

Construction of the Salleri school in 2001, finished in 2012.

Photo des etudiants de l’ecole de Dhuseni apres distribution de nouvelles chaussures par Namaste (en 2012)

 

Les étudiants de l’école de Dhuseni après la distribution de nouvelles chaussures par Namaste (en 2012)

/

Students of the Dhunesi school after the distribution of new shoes by Namaste (in 2012)


 

Interview de Nancy Dotta - Présidente et Fondatrice de l'Association Namaste

Quel est le point de départ de la création de l'Association Namaste?

 

" Il y a quelques années, j’organisais beaucoup d’événements de bienfaisance à Monaco, il s’agissait de réaliser un gros travail pour récolter des fonds conséquents afin d’aider les associations.
 C’était important de le faire mais il manquait le fait de ne pas voir de mes propres yeux les résultats de cette aide apportée, ça me frustrait beaucoup. 

Comme je n’ai pas d’enfants, je souhaitais un jour, quand l’occasion se présenterait, m’investir pleinement pour une association.

Dans la vie, c’est souvent une rencontre qui vous amène à prendre une voie en particuliers.
Dans mon cas, c’était à l’époque la rencontre avec Mme Proust, l’épouse du défunt Ministre d’Etat, qui revenait du Népal, elle avait suivi une mission de la Coopération Monégasque, et avait ressenti comme une « révélation » en revenant de ce pays.

Pour elle, « le Népal ne se décrit pas, le Népal se vit ». 


Cela m’a beaucoup intriguée et j’ai décidé en avril 2009 de partir pour une mission.
Nous avons inauguré un incinérateur et vérifié l’état et le fonctionnement des écoles sur place. J’ai pu voir de mes propres yeux, une école au Népal complètement délabrée, ce n’était pas digne de l’éducation que l’on est censé apporter à des enfants, tous les enfants du Monde ont droit à une éducation dans de bonnes conditions.

Sur le retour, en marchant dans les rizières, je savais que je ne pouvais pas rentrer à Monaco et ne pas agir pour ces personnes, c’était une évidence.

J’ai donc décidé de créer l’Association « Namaste » en septembre 2009.


Le premier événement de bienfaisance organisé avec l’Hôtel Métropole a permis de récolter les fonds nécessaires pour rénover une première école, l’école de Salleri. "

 

L'origine du nom «Namaste»:

 

" En 2009, j'ai fait connaissance avec l'association d’Avignon l’ACFN (Association Culturelle Franco-Népalaise), aujourd’hui ANA (Association Népal Avignon), qui oeuvre pour Rigaon. J’aimais beaucoup cette notion de « culturel », mais je souhaitais aussi apporter la notion de « partage ».

Le terme « Namaste » est finalement un terme que l’on utilise tous les jours : « Que Dieu vous bénisse », « Portez-vous bien ». En partant de l’idée de « Népal Monaco Association Culturelle », et en associant les lettres, nous avons finalement décidé d’appeler l’association NAMASTE.

Un joli clin d’oeil à l’ACFN.

Une photo de la Highschool de Rigaon, prise fin 2018 avec le drapeau de Monaco et du Nepal

Highschool de Rigaon avec le drapeau de Monaco et du Nepal - 2018

/

Rigaon Highschool with the Monegasque and Nepalese flags – 2018

 

Quels sont pour vous les Événements Marquants depuis 2009 ?

 

" Tous les déplacements que nous avons fait depuis 2009 nous ont apportés des émotions intenses.

Les moments forts que je retiens sont finalement les moments les plus simples : marcher dans les villages et voir les jeunes enfants aider leurs parents dans les champs, partager un repas avec les villageois, passer un moment avec les étudiants, danser et chanter avec eux, on se rend compte dans ces moments-là de la manière dont ils vivent réellement.

Le plus intense pour moi, ce sont surtout tous les échanges que nous avons avec eux."

 

Parlez-nous de Namaste aujourd’hui et quels sont vos objectifs ?

 

" Rigaon est un ensemble de 27 petits villages avec 8000 habitants et près de 1300 étudiants dans 11 écoles. 3 de ces 11 écoles ont été reconstruites par Namaste (avec l’aide de Monaco Aide et Présence et de la Direction de la Coopération Internationale de Monaco).
Nous avons également construit un atelier pour les femmes et une extension du dortoire près d’un dispensaire.

Nous avons décidé de ne plus construire pour le moment, mais d’investir plutôt dans les gens en leur offrant des formations.
Depuis, chaque année, nous nous concentrons pour faire un état des lieux et restaurer les bâtiments qui se dégradent.
Les conditions climatiques particulières du pays (mousson, séisme) n’aident pas à la conservation dans la durée et les Népalais n’ont pas les moyens pour rénover. C’est une aide que nous devons leur apporter.

Notre objectif pour les 10 à 20 années à venir, est de maintenir le bon état de ces bâtiments et de les équiper : installer des bibliothèques, acheter des livres, des ordinateurs, des rétro-projecteurs, …

Récemment, une société Française qui fournit l’électricité a pu installer des panneaux photovoltaïques sur le toit de la High-School que nous avons construite, cela va permettre une meilleure alimentation électrique, (jusqu’à maintenant, l’électricité était fournie par des générateurs) et les ordinateurs pourront fonctionner correctement.

Nous souhaitons également améliorer la qualité de l’enseignement car les professeurs parlent peu ou pas du tout l’anglais.

Il est important pour nous aussi d’accompagner les enfants qui sortent diplômés de la High-School, dans le choix du métier qu’ils vont exercer : la plupart choisiraient de devenir infirmier, professeur, ou peut-être informaticien, mais ils ne connaissent pas les possibilités qui s’offrent à eux.

Il y a encore tout à faire à ce niveau-là.

Nous voulons investir dans les étudiants qui ont la motivation et dont les parents n’ont pas les moyens, les aider et les mettre sur la voie d’un métier qui leur correspond et qui correspond à leur pays.
Notre souhait n’est pas qu’il quitte le Népal, ce n’est pas notre mission, mais de leur donner les outils et les bases pour faire le bon choix.

Enfin, nous souhaitons également les aider à faire du commerce avec tous les produits de l’agriculture (café, thé, miel, chèvres, …).
Nous avons, par exemple, formé 4 jeunes étudiants pour devenir techniciens agricoles, deux sont employés à mi-temps par la coopérative que nous avons. A terme, nous aimerions leur permettre de passer à plein temps, mais il faut pour cela que ce soit rentable.

Lors de nos voyages, il est essentiel pour nous de faire venir des spécialistes pour les aider et leur apporter des solutions : agronomes, géologues, professeurs, scientifiques, …"

Une photo de la Highschool de Rigaon, prise fin 2018 avec le drapeau de Monaco et du Nepal

Ecole de Dhuseni, entièrement détruite suite au séisme de 2015, puis reconstruite selon les directives antisismiques, inaugurée lors du trek en oct. 2018

/

Dhuseni school, entirely destroyed after the 2015 earthquake and then rebuilt along anti-seismic standards. Inaugurated in October 2018.

Vos souhaits pour l'avenir?

 

" Chaque Népalais que nous aidons avec Namaste, s’engage à rendre quelque chose, à sa mesure, à la communauté.

Mon espoir, mon souhait, est que chacune de ces personnes que nous avons aidé, puisse un jour, inspirer quelqu’un d’autre et ainsi de suite.

C’est surtout dans l’éducation que nous souhaitons œuvrer dans le futur.

Je me souviens toujours de cette phrase de Confusius, dont je m’inspire : « If you are planning for a year, sow rice. If you are planning for a decade, plant trees. If you are planning for a lifetime, educate people. »

Je souhaite que chaque enfant reçoive sa chance pour un avenir meilleur.
Aujourd’hui, il est important par exemple de maîtriser l’anglais et l’informatique pour pouvoir s’ouvrir au Monde. Je voudrais éviter qu’un enfant, qui ne trouve pas de travail après sa scolarité, soit dans l’obligation de retourner dans les champs auprès de ses parents.

Aider, ce n’est pas assister, cela rejoint pour moi les principes de l’éducation.

J’ai été éduquée de cette manière, mes parents m’ont permis d’avoir un bagage solide, j’ai fait beaucoup d’études et une fois mon cursus terminé, je devais voler de mes propres ailes. Continuer les études si je le souhaitais ou commencer à travailler par moi-même. Montrer de quoi j’étais capable. Cette notion est très importante pour moi.

Les villageois peuvent compter sur NAMASTE, mais ils doivent comprendre que cette aide ne viendra pas « automatiquement ». Il faut l’accompagner d’un certain sens du mérite.

Parfois au Népal, j’ai le sentiment qu’ils pensent que les aides « tombent du ciel », ils ne connaissent pas la façon dont on vit, ou où on vit. Et certains se retrouvent dans un fonctionnement négatif : « ils demandent, ils reçoivent».

Je ne veux pas que ça se passe comme ça. " 

 

Quel est le message que vous souhaitez véhiculer à travers Namaste?

 

" Un message très simple :

Les Népalais que j’ai rencontré sont tellement généreux, avec un lien familial fort, un vrai soutien. Ils vivent au jour le jour, ils n’ont pas grand-chose mais ils donnent tout.
Et ici parfois, dans nos modes de vie occidentales, nous avons tout, mais nous ne sommes pas heureux.

C’est une leçon de vie incroyable.

Toutes les personnes qui ont participé à nos voyages, nous disent en revenant : «C’était une expérience qui changera ma vie ! ».

En effet, c’est une chance de pouvoir côtoyer ces Népalais au quotidien. Malgré le fait que c’est un des pays les plus pauvres au monde, leur cadre de vie au milieu des montagnes himalayennes est absolument magnifique, tout comme leur mode de vie si attachant.

J’espère que l’évolution ne détruira pas ce bel équilibre car le progrès n’est pas toujours bénéfique.

La beauté de l’âme de ces personnes est en harmonie avec la beauté du paysage et il faut que cela reste comme ça. »

Photos de l’ancienne ecole primaire de Salleri en 2009

 

Ancienne école primaire de Salleri en 2009

/

Old Salleri primary school in 2009

Photos de l’ancienne ecole primaire de Salleri en 2009

 

Ancienne école primaire de Salleri en 2009

/

Old Salleri primary school in 2009

Cantine a Manasarovar School, Katmandu

 

Cantine à Manasarovar School, Katmandu

/

Cafeteria in Manasarovar School, Katmandu

Accueil avec danses par les étudiants lors de l’inauguration de l’école primaire de Dhuseni

 

Accueil avec des danses par les étudiants lors de l’inauguration de l’école primaire de Dhuseni

/

Reception with dances by students upon the inauguration of the Dhuseni primary school

Ecole primaire de Salleri, les etudants en compagnie des participants au trek, Oct 2018

 

Ecole primaire de Salleri, Distribution de cartables « Namaste » lors du trek 2018

/

Salleri primary school, “Namaste” schoolbags distribution in 2018

High School de Rigaon – quelques étudiants (avec des tenues recues par l’AS Monaco) avant un match de volleyball amicale lors de notre trek 2018

 

High School de Rigaon – quelques étudiants (avec des tenues reçues par l’AS Monaco) avant un match de volleyball amical lors du trek 2018

/

Rigon High School  - some students (wearing AS Monaco provided outfits) before a  friendly volleyball match in 2018.

Photos de l’ancienne ecole primaire de Salleri en 2009

 

Ancienne école primaire de Salleri en 2009

/

Old Salleri primary school in 2009

Trek 2018

 

Trek 2018

/

Trip 2018

Ecole primaire de Salleri, les etudants en compagnie des participants au trek, Oct 2018

 

Travaux de construction de l’école de Salleri en 2011.

/

Salleri school under construction in 2011

Trek 2018

 

Extrait de la vie quotidienne à Rigaon : jeunes mamans avec leurs enfants.

/

Extract of the daily life in Rigaon – young mothers with their children

Trek 2018

 

Extrait de la vie quotidienne à Rigaon : jeunes femmes en tenue de fête.

/

Extract of the daily life in Rigaon – young girls wearing party outifits

Trek 2018

 

Extrait de la vie quotidienne à Rigaon : deux étudiants fiers de leur nouvelle classe.

/

Extract of the daily life in Rigaon – young girls wearing party outifits

NAMASTE
Le Royal
13, boulevard de Suisse
MC 98000 MONACO
Tél : +377 93 50 71 62

Site : www.namastemonaco.com/fr
E-mail : namastemonaco@gmail.com

 

Association Namaste

 

Magnolia Programme supports the Namaste Association upon celebrating its 10th anniversary

 

Founded and presided by Nancy Dotta, the association aims to improve the living conditions of the Rigaon village’s inhabitants, in Nepal.

 

 

Since 2009, Namaste has helped support and develop several domains:

- Education :

 

Together with the construction and maintenance of 3 schools, individual “postbac” (bachelor’s) support aims to help the best students of the Rigaon High School by awarding them with a higher education scholarship (university or other): financing tuition. Housing, food and transportation.

In 3 years, the goal is to support 50 students who might become examples for future generations of Rigaon

 

- Professional training :

 

Through the Rigaon Agriculture Cooperative – RAC program: to train the Nepalese in the coffee (for exportation) and other cultures, such as tea or medicinal herbs.

Also the Women Entrepreneurship Program – WEP:  to help Nepalese women become financially independent (construction of an arts and crafts workshop, purchase of sewing machines, sewing, embroidery, handbags and other objects manufacturing courses, etc).

 

- Humanitarian trips, organized each year :

 

These annual trips make it possible to target the population’s needs and to assist them and develop educational and medical missions, as well as those to help women and even the environment.

Since its creation, the Namaste Association has been able to gather more than one million euros in donations and one hundred people have already been part of their annual trip.   


 

Interview with Nancy Dotta – President and founder of the Namaste Association

What was the starting point for the creation of the Namaste Association?

 

"A few years ago, I used to organize a lot of charity events in Monaco, it was a lot of work to raise substantial funds to help the associations. It was important to do it but I felt frustrated that I could not the results of that support with my own eyes.

Because I do not have any children, I would like to engage fully with an association one day.

In life, it is often an encounter that makes you take a particular path. In my case, it happenend when I met Mme Proust, the late Minister of State’s wife, who had come from Nepal. She had been part of a mission by the Coopération monégasque and had felt a “revelation” upon returning.

For her, “Nepal can’t be described. It is lived”.

That intrigued me a lot and I decided to leave for a mission in April 2009. We inaugurated an incinerator and verified the conditions and operation of the schools in sito. I could see with my own eyes a completely dilapidated Nepalese school and that was not worthy of the education we were trying to give to the children. Every child in the wolrd has the right to an education with good conditions.

When I returned, while walking in the rice fields, I knew that I could not go back to Monaco and not do something for these people, it was obvious.

I have thus decided to create the Namaste Association in September 2009.

The first charity event, organized with the Hôtel Métropole made it possible to gather the necessary funding to renovate the first school, the Salleri school.

 

The origin of the name “Namaste”

 

In 2009, I met with the Avignon Association ACFN (Cultural French-Nepalese Association), now ANA (Nepal Avignon Association), that worked for the region. I loved the notion of “cultural”, but I also wanted to take the notion of “sharing”.

The word “namaste” is something we use every day: “May God bless you”, “Behave”,

Stemming from the idea of “Nepal Monaco Cultural Association”, and joining the letters, we finally decided to call the association NAMASTE.

A nice wink at ACFN.

 

What have been the association’s highlights since 2009 for you?

 

Every trip that we have made after 2009 brought us intense emotions.

In the end, the highlights that I remember are the simplest moments: walking in the villages and seeing young children helping their parents in the fields, sharing a meal with the villagers, spending time with the students, dancing and singing with them. In those moments, one realizes how they really live.

For me, the most intense is above all the exchanges we have with them.

 

Tell us about Namaste today and what your goals are.

 

" Rigaon est un ensemble de 27 petits villages avec 8000 habitants et près de 1300 étudiants dans 11 écoles. 3 de ces 11 écoles ont été reconstruites par Namaste (avec l’aide de Monaco Aide et Présence et de la Direction de la Coopération Internationale de Monaco).
Nous avons également construit un atelier pour les femmes et une extension du dortoire près d’un dispensaire.

Nous avons décidé de ne plus construire pour le moment, mais d’investir plutôt dans les gens en leur offrant des formations.
Depuis, chaque année, nous nous concentrons pour faire un état des lieux et restaurer les bâtiments qui se dégradent.
Les conditions climatiques particulières du pays (mousson, séisme) n’aident pas à la conservation dans la durée et les Népalais n’ont pas les moyens pour rénover. C’est une aide que nous devons leur apporter.

Notre objectif pour les 10 à 20 années à venir, est de maintenir le bon état de ces bâtiments et de les équiper : installer des bibliothèques, acheter des livres, des ordinateurs, des rétro-projecteurs, …

Récemment, une société Française qui fournit l’électricité a pu installer des panneaux photovoltaïques sur le toit de la High-School que nous avons construite, cela va permettre une meilleure alimentation électrique, (jusqu’à maintenant, l’électricité était fournie par des générateurs) et les ordinateurs pourront fonctionner correctement.

Nous souhaitons également améliorer la qualité de l’enseignement car les professeurs parlent peu ou pas du tout l’anglais.

Il est important pour nous aussi d’accompagner les enfants qui sortent diplômés de la High-School, dans le choix du métier qu’ils vont exercer : la plupart choisiraient de devenir infirmier, professeur, ou peut-être informaticien, mais ils ne connaissent pas les possibilités qui s’offrent à eux.

Il y a encore tout à faire à ce niveau-là.

Nous voulons investir dans les étudiants qui ont la motivation et dont les parents n’ont pas les moyens, les aider et les mettre sur la voie d’un métier qui leur correspond et qui correspond à leur pays.
Notre souhait n’est pas qu’il quitte le Népal, ce n’est pas notre mission, mais de leur donner les outils et les bases pour faire le bon choix.

Enfin, nous souhaitons également les aider à faire du commerce avec tous les produits de l’agriculture (café, thé, miel, chèvres, …).
Nous avons par exemple, formé 4 jeunes étudiants pour devenir techniciens agricoles, deux sont employés à mi-temps par la coopérative que nous avons. A terme, nous aimerions leur permettre de passer à plein temps, mais il faut pour cela que ce soit rentable.

Lors de nos voyages, il est essentiel pour nous de faire venir des spécialistes pour les aider et leur apporter des solutions : agronomes, géologues, professeurs, scientifiques, …"

 

Your wishes for the future?

 

"Every Nepalese we help with Namaste is committed to giving something back to the community.

My hope, my wish, is that each and every one of those people we helped, someday, will inspire someone else and so on.

It is especially in education that we want to work in the future.

I always remember this phrase from Confucius, which I am inspired by: "If you are planning for a year, sow rice. If you are planning for a decade, plant trees. If you are planning for a lifetime, educate people. "

I wish every child had a chance for a better future.

Today, it is important, for example, to master English and computer skills in order to be open to the world. I would like to prevent a child who does not find work after school from having to return to the fields with his parents.

To help is not to assist, it is for me the principle of education.

I was educated this way, my parents allowed me to have a solid background, I did a lot of studies and once my studies finished, I had to fly on my own. I could continue studying if I wanted to or start working on my own - show what I was capable of. This notion is very important to me.

The villagers can count on NAMASTE, but they must understand that this help will not come "automatically".

It must be accompanied by a certain sense of merit.

Sometimes in Nepal, I feel that they think helpers "fall from the sky", they do not know the way we live, or where we live. And some might find themselves thinking wrongly that if they ask, then they will receive.

I do not want that to happen. "

 

What is the message you want to convey through Namaste?

 

"A very simple message:

The Nepalese I met are so generous and supportive of their families, to whom they are really close. They live from day to day, they do not have much but they give everything.

While  we have everything, but are not happy.

It's an incredible life lesson.

All the people who took part in our travels often tell us when they return that it was an experience which will change their life.

Indeed, it is a chance to be able to rub shoulders with the Nepalese people daily. Despite being one of the poorest countries in the world, their living environment in the middle of the Himalayan mountains is absolutely beautiful, as is their endearing lifestyle.

I hope that evolution will not destroy this beautiful balance because progress is not always beneficial.

The beauty of the soul of these people is in harmony with the beauty of the landscape and it has to stay that way. "