Donation AFU Haïti - Francklin avec les étudiants du campus

Donation : AFU Haïti - Frère Francklin Armand

Magnolia Programme soutient l’Association Fraternité Universelle (AFU - Haïti)

 

L' Association Fraternité Universelle (AFU) œuvre en Haïti pour aider les enfants dans leur quotidien et les accompagner jusqu’à l’âge adulte.

L’association s’investit dans la prise en charge des populations d’Haïti, plus particulièrement dans les domaines de la nutrition et de l’éducation des plus jeunes. Car ce sont eux qui représentent l’avenir du pays.

 


Le contexte local


Haïti vit, depuis des années, dans un climat tendu d’insécurité quasi permanente : manifestations, émeutes et grèves rythment son quotidien. Décrié pour sa politique totalitaire, le président Jovenel Moïse a été assassiné le 7 juillet 2021. L’enquête pour retrouver les commanditaires de ce meurtre est toujours en cours…

Haïti a également été touché, en août 2021, par un séisme d’une magnitude de 7,2 sur l’échelle de Richter ; pertes humaines et matérielles ont été importantes.

A cela s’ajoute l’épidémie de Covid 19 qui a fragilisé davantage encore les plus faibles, aggravant la pauvreté et la faim déjà très présentes sur le territoire ; en 2020, plus de 40 % des décès avant l’âge de 5 ans étaient liés à la malnutrition.
 


L’AFU mène, depuis 1988, des actions durables auprès des populations:

 
→ Des centres de nutrition, opérationnels à travers le pays – et plus particulièrement dans la région du Plateau Central, offrent chaque jour 2 repas à un maximum d’enfants. En 2020, 8 centres seulement ont pu fonctionner et uniquement pendant 9 mois. La crise sanitaire liée à la Covid 19 les a obligés à fermer d’avril à fin juin. Faute de moyens, l’AFU a du faire un choix douloureux : donner la priorité aux plus petits. Elle a aussi intégré, lorsque cela était possible, ses centres de nutrition dans des écoles.
 

Nourrir un enfant 2 fois/jour et 4 jours/semaine coûte environ 280 €/an. Le but aujourd’hui : arriver à maintenir tous les centres ouverts et rouvrir les 2 centres fermés faute de moyens financiers. Leur remise en état nécessiterait environ 20.000 €.

 
→ L’Ecole Entrepreneuriale Agricole fait aujourd’hui figure de modèle. Créée en 2006, agrandie en 2012, elle a pour objectif de stimuler le développement agricole économique du Plateau Central. Ses étudiants sont formés à l’agriculture, à l’élevage, aux techniques de reboisement, à l’apiculture, à la boucherie, à la pisciculture… Le campus peut accueillir 200 étudiants répartis en 2 promotions/an. Mais la crise sanitaire de 2020 a rebattu les cartes, reportant l’entrée des étudiants et impactant directement la vie de l’Ecole.

Loin de baisser les bras, les responsables ont poursuivi dans la voie qu’ils se sont fixés, créant même 3 nouvelles filières (télécommunication, informatique et électrotechnique) et mettant en place des cours en distanciel depuis la France. Le matériel nécessaire a été acquis grâce à un chef d’entreprise ami de l’AFU.

Un don substantiel a permis également l’achat et la plantation de semences à culture rapide. De quoi pallier en partie le manque de nourriture sur le Plateau Central.  Aujourd’hui, l’Ecole Entrepreneuriale Agricole compte 120 étudiants.
 

Les objectifs : mettre en place des bourses permettant à des jeunes sans ressource de se former à l’entreprenariat agricole et améliorer la qualité de l’enseignement à distance grâce à l’acquisition de nouveaux ordinateurs (budget estimé de 5000 €). Le coût annuel de formation d’un étudiant est aujourd’hui de 1800 €.
 

Les retombées positives déjà constatées

  • La production de l’Ecole Entrepreneuriale Agricole a permis de diminuer sensiblement le coût de la nourriture, en même temps qu’elle offre aux enfants des centres de nutrition des produits sains.
  • Les étudiants de l’Ecole Entrepreneuriale Agricole sont très motivés et assidus. Beaucoup créent des micro-entreprises agricoles et subviennent à leurs besoins et à ceux de leurs familles.

 

Le frère Francklin Armand

Depuis plus de 40 ans, frère Francklin s’emploie à faire reculer la misère. Comme levier de développement économique et humain, il a choisi la population la plus nombreuse mais aussi la plus méprisée du pays : les paysans.
 

Pour les aider,il a fondé sa propre congrégation religieuse, la Congrégation de l’Incarnation et sa méthode. En 1988, l’Association Fraternité Universelle (AFU) a été créée en France pour soutenir son action.

A son actif : création de centres de nutrition, d’écoles, d’un centre de santé, d’un lycée technique, d’une école entrepreneuriale agricole, de lacs collinaires permettant le développement des cultures, potabilisation de l'eau, … Il a mis en place des programmes de développement viables fondés sur les ressources économiques et humaines locales.

En 2016, frère Francklin Armand a reçu le titre très officiel de « trésor national », hommage de la nation à son investissement désintéressé et permanent auprès des plus pauvres.


Il a d’ores et déjà préparé sa succession, nommant le frère Accilien, un fidèle de la première heure.


Interview de Mme Isabelle Barnier, Présidente de l'Association Fraternité Universelle (AFU)


1/Comment est née l’AFU et quel est son rôle ?


L’AFU est une histoire d’amitié. L’association a été créé en 1988 par mon père Claude Altmayer et un de ses amis Olivier de la Baume, impressionnés par le charisme, la méthode et l’énergie du jeune Frère Francklin ARMAND et de la Congrégation de l’Incarnation qu’il venait de fonder. Son projet était d’encourager et maintenir les populations paysannes sur leurs terres et d’éviter un exode rural massif vers la capitale. L’AFU a donc pour seul but de soutenir, de conseiller et d'accompagner le travail extraordinaire et les projets du Frère Francklin en trouvant les fonds nécessaires à leur réalisation et à leur fonctionnement. J’ai succédé à Olivier de la Baume puis à René de La Serre à la présidence de l’association.

2/ Les centres de nutrition existent depuis 30 ans, et pourtant, faisant face à une pauvreté croissante, il faut constamment en créer de nouveaux. Quelle serait la solution pour, si ce n’est inverser, au moins ralentir ce mouvement ?


Il faudrait un Etat fort avec une vraie politique agricole. Dans les années 1960, Haiti était exportateur de denrées alimentaires ; les terres étaient fertiles…mais l’accroissement des cyclones, la déforestation et la paupérisation ont fragilisé l’agriculture et la paysannerie, qui pourtant représente plus de 60% de la population. Le dénuement est immense dans les campagnes. Le frère Francklin démontre par sa méthode qu’il pourrait en être autrement. Les centres de nutrition s’inscrivent dans une démarche de développement général touchant tous les domaines de la vie économique et sociale : nutrition, santé et éducation des enfants et de leurs parents, formation et accompagnement de l’agriculture, de la pisciculture, de l’élevage  sont au cœur de leurs programmes. En tous les cas, chaque enfant correctement nourri accroit ses chances pour son meilleur avenir. Nous accompagnons toutes le étapes du développement des enfants, depuis la nutrition, la santé, la scolarisation puis la formation professionnelle...., accroîssant ainsi ses chances pour un avenir meilleur.

3/Dans un pays ou règne corruptionet ’insécurité, comment inciter les jeunes à étudier ? Les freins ne sont-ils pas trop importants ?


Oui, les difficultés sont considérables et les jeunes en souffrent. Mais les enfants de la paysannerie dont s’occupent plus particulièrement la Congrégation savent qu’ils ont besoin d’apprendre et d’avoir un métier. Si vous saviez comme de nombreux jeunes sont motivés et souhaitent participer à la reconstruction de leur pays !


Dans les 9 écoles et les 2 lycées techniques gérés par la Fraternité ils sont stimulés, encouragés, tirés vers le haut… et la plupart deviennent des hommes et des femmes « debout ».
 

4/Pourquoi avoir choisi de construire une école entrepreneuriale agricole ? L’amélioration de la productivité agricole peut-elle s’envisager en Haïti ?


Haiti est un pays agricole. Cette école, essentielle aux yeux du Frère Francklin, a été créée à la demande de jeunes, en 2006 d’abord à Port au Prince. Elle a déménagé sur le Plateau Central après le tremblement de terre de 2010 et petit à petit s’est agrandie pour accueillir dans de meilleures conditions professeurs et étudiants venant de tout le pays. C’est un lieu d’enseignement unique en Haïti qui forment des entrepreneurs agricoles, alliant cours théoriques et travail de la terre. Ainsi, le Frère Francklin revalorise le métier d’agriculteur et veut rentabiliser la production agricole haïtienne. Il y parvient localement et reste persuadé qu’il est possible d’améliorer la productivité agricole du pays. Il n’y arrivera pas tout seul, mais il montre l’exemple … Et son école entrepreneuriale est considérée comme un modèle à travers le pays, par différents acteurs privés et publics.

5/Pouvez-vous nous parler de la Fraternité de l’Incarnation, et de la façon dont vous travaillez avec cette association ?


La Fraternité de l’Incarnation a donc été créée il y a plus de 40 ans par frère Francklin Armand dans la mouvance de Charles de Foucauld. Il est devenu « paysan parmi les paysans « et c’est avec eux que petit à petit  les projets ont émergé.

L’AFU est un accompagnateur et un investisseur au service de des projets très concrets du Frère Francklin Armand et des siens et de leur stratégie d’action, de formation et de développement.

En les soutenant ainsi, l’AFU évite les écueils de trop nombreux projets de court-terme imposés au pays de l’extérieur, au mépris des réalités locales. Nous démontrons qu’il existe un chemin de réussite durable en Haïti, fondé sur les ressources économiques et humaines locales.
Chaque année, un ou deux membres de l’association se rendaient sur place pour visiter nos amis haïtiens, échanger et contrôler l’avancée des projets. Malheureusement, notre dernier séjour date de mars 2019. Entre Covid et insécurité, nous ne pouvons pas encore y retourner… bientôt j’espère.

Donation AFU Haïti - Cantine Scolaire

AFU Haïti - Cantine Scolaire


AFU Haïti
27 rue du docteur Finlay
75015 Paris
Tél : 06 76 49 24 33

Site : https://haiti-afu.herokuapp.com/
E-mail :
[email protected]

 

AFU Haïti


Donation: AFU Haiti - Brother Francklin Armand


Magnolia Programme Supports the Association Fraternité Universal (AFU - Haiti)


 

The Association Fraternité Universelle (AFU) works in Haiti to help children in their daily lives and support them to adulthood. The association is committed to caring for the people of Haiti, most particularly in the fields of nutrition and education for the very young. For they represent the future of the country.


The Local Context


For years, Haiti has experienced an almost permanent tense climate of insecurity: demonstrations, riots and strikes punctuate daily life. Criticised for his totalitarian policies, President Jovenel Moïse was assassinated on 7 July 2021. The investigation to find the instigators of this murder is still under way ... Haiti was also affected, in August 2021, by an earthquake of a magnitude of 7.2 on the Richter scale; human and material losseswere significant. Added to that is the Covid 19 epidemic which has further weakened the most vulnerable, exacerbating poverty and hunger which are already much in evidence in the region; in 2020, more than 40% of deaths of those under the age of five were related to malnutrition.

 


Since 1988, AFU has been conducting sustainable actions with populations:


 
Food centres, operational throughout the country - and more particularly in the Central Plateau region, which offer children two meals every day. In 2020, only eight centres were able to operate and only for nine months. The health crisis related to Covid 19 forced them to close from April to late June. Because of lack of resources, AFU had to make a painful choice: prioritising the very young. It also incorporated, where possible, its food centres into schools.
 

Feeding a child twice/day and 4 days/week costs around €280/year. The aim today: to manage to keep all the centres open and re-open the two centres closed owing to lack of financial resources. Refurbishing them would require around €20,000.

 
The Ecole Entrepreneuriale Agricole [The Agricultural Entrepreneurial School] is today seen as a model. Established in 2006, expanded in 2012, it aims to stimulate the economic agricultural development of the Central Plateau. Its students are educated in agriculture, livestock farming, reforestation techniques, beekeeping, butchery, fish farming, etc.. The campus can accommodate 200 students split into two intakes/year. But the 2020 health crisis has changed the game, postponing students' admission and directly affecting the life of the School.

Far from throwing in the towel, those in charge have continued in the path they set, even establishing three new courses (telecommunications, computers and electrical engineering) and setting up online classes from France. The required equipment was procured thanks to a business leader who is a friend of the AFU.

A substantial donation also enabled the purchase and planting of fast-growing seeds. Something to compensate, in part, for the lack of food on the Central Plateau. Today, the Ecole Entrepreneuriale Agricole has 120 students.
 
The Objectives: set up bursaries enabling young people without resources to be educated in agricultural entrepreneurship and improve the quality of distance learning by procuring new computers (estimated budget €5000). Today, the annual cost of educating a student is €1800.

 

Positive Impacts Already Observed:


The Ecole Entrepreneuriale Agricole's production has led to a significant reduction in the cost of food, while offering children food centres with healthy products.
Students of the Ecole Entrepreneuriale Agricole are very motivated and diligent. Many set up agricultural micro-businesses and contribute to their needs and those of their families.


Brother Francklin Armand

 

For more than 40 years, Brother Francklin has been working to reduce poverty. As a lever for economic and human development, he chose the most numerous but also the most despised population in the country: the farmers.

To help them, he founded his own religious congregation, the Congregation of the Incarnation and his own approach. In 1988, the Association Fraternité Universelle (AFU) was established in France to support his activities.

To its credit: the establishment of food centres, schools, a health centre, a technical high school, an agricultural entrepreneurial school, hillside lakes which contribute to the development of farming, etc.. It has established sustainable development programmes based on local economic and human resources. In 2016, Brother Francklin Armand received the official title of "National Treasure," a tribute from the nation to his continuing unselfish commitment to the poorest.

He has already prepared his succession, appointing Brother Accilien, a faithful follower from the start.


Interview with Mme. Isabelle Barnier, Chair of the Association Fraternité Universelle (AFU)

 

1/ How did the AFU come to be and what is its role?


The AFU is a story of friendship. The association was established in 1988 by my father, Claude Altmayer, and one of his friends, Olivier de la Baume, impressed by the charisma, approach and energy of the young Brother Francklin ARMANDand the Congregation of the Incarnation which he had just founded. Its project was to encourage and keep rural populations on their lands and to avoid a massive rural exodus to the capital. The AFU, therefore, is solely intended to support the extraordinary work and projects of Brother Francklin by finding the funds needed to be able to implement and operate them. I succeeded Olivier de la Baume, then René de La Serre as Chair of the Association.


2/ Food centres have been in existence for 30 years, yet, with growing poverty, there is a constant need to create new ones. What is the solution for, if not reversing, at least slowing down this trend?


A strong State with a genuine agricultural policy. In the 1960s, Haiti was an exporter of food; the land was fertile... but the increase in cyclones, deforestation and impoverishment weakened agriculture and the farming community, which, however, represents more than 60% of the population. Deprivation is huge in rural areas. Brother Francklin has demonstrated by his approach that it could be otherwise. Food centres are part of a general development approach in all areas of economic and social life: nutrition, health and education for children and their parents, training and support of agriculture, fish farming and livestock farming are at the heart of their programmes. In any case, every properly nourished child has an increased chance of a better future.


3/In a country where corruption and insecurity rule, how do you encourage young people to study? Are the obstacles not too significant?


Yes, difficulties are considerable and young people suffer from them. But the children of the farming community whom the Congregation care for most specially, know that they need to learn and have a job. If you only knew how so many young people are motivated and want to take part in rebuilding their country! In the nine schools and the two technical high schools run by the Fraternité, they are stimulated, encouraged, given a leg up ... and most become "upstanding" men and women.

 

4/Why did you choose to build an agricultural entrepreneurial school? Can improving agricultural productivity be considered in Haiti?


Haiti is an agricultural country. This school, essential in Brother Francklin's eyes, was established at the request of young people, in 2006, in Port au Prince, first of all. It moved to the Central Plateau after the earthquake of 2010 and little by little it has expanded to host teachers and students from all over the country in proper conditions. This is a unique educational venue in Haiti, where agricultural entrepreneurs are educated, combining theoretical courses and working the land. Brother Francklin restores value to the farmer’s work and wants to make Haitian agricultural production profitable. He has managed to do so locally and remains convinced that it is possible to improve the country's agricultural productivity. He will not be able to do so alone, but he leads by example ...

 

5/Can you tell us about the Fraternité de l'Incarnation, and the way you work with this association?


So, the Fraternité de l'Incarnation was established more than 40 years ago by Brother Francklin Armand in the wake of Charles de Foucauld. He became "a farmer among farmers" and with them the projects emerged little by little. The AFU is asupporter and an investor at the service of the vision of Brother Francklin Armand and his followers and their strategy for action, education and development. By supporting them in this way, the AFU avoids the pitfalls of too many short-term projects imposed from outside which the country has experienced. We want to show that there is a sustainable path to success in Haiti, based on local economic and human resources. Every year, one or two members of the association went out there to visit our Haitian friends, talk with them and check the progress of projects. Unfortunately, our last visit goes back to March 2019. Between Covid and insecurity, we can't yet return there ... soon, I hope.